Conférence des donateurs et partenaires du G5 Sahel : Le président mauritanien se félicite du cadre de coordination mis en place par le G5 Sahel

Spread the love

Prononçant jeudi , jeudi, à Nouakchott, le mot de bienvenue pour les participants à la conférence de coordination avec les partenaires et bailleurs de fonds du G5- Sahel, le chef d’Etat mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, a d’emblée rappelé que la pauvreté, le chômage, l’analphabétisme, les sentiments d’injustices, d’impuissances et d’absence de perspective, le laxisme à l’endroit du trafic de drogue et l’incapacité des Etats à assumer pleinement leurs responsabilités régaliennes, génèrent les conditions optimales pour le règne de l’insécurité, laquelle facilite l’intrusion de terroristes et des extrémistes et leur permet de prospérer et de trouver des cibles potentiellement réceptives à leurs discours idéologiques ou religieux déviants.

il a, en outre salué l’action du G5 Sahel qui a réussi « à mettre en place les dispositifs nécessaire pour la  coordinations » de l’action des 5 pays (Burkina Faso, Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Mauritanie) en faire face conjointement aux défis de sécurité et de développement.

Le président Mohamed OuldAbdel Aziz s’est rejoui par rapport à  « la mise en place de  la Force du G5 du Sahel,  de la fonctionnalité du collège de défense et de la coordination entre les états-Majors de nos armées s’est nettement améliorée, et notre capacité collective à anticiper, prévenir ou réagir à la menace terroriste s’est considérablement accrue ».

« Tout cela, a été obtenu grâce à la mutualisation de nos moyens, la mise en synergie de nos efforts et grâce au soutien de nos partenaire », a-t-il soutenu.

Il  a en outre souhaité « l’intégration de la force conjointe du G5 Sahel dans un dispositif Onusien afin de garantir, au regard du droit international, l’entière légalité de ses actions que dans le but de pérenniser ces acquis et les renforcer davantage ».

Ce qui selon lui va permettre d’atteindre les objectifs que le G5 – Sahel s’est fixé dans le domaine sécuritaire, d’une part et, d’autre part, à améliorer sensiblement le nouveau de mobilisation des financements au profit de cette force pour mieux renforcer son efficacité sur le terrain.
« La guerre contre la violence terroriste, le crime organisé et le trafic illicite se joue donc sur le plan de la sécurité et sur celui du développement simultanément et indissociablement », a-t-il rappelé.

Il également souligné que « par des moyens strictement sécuritaires, on peut, dans le meilleur des cas, réduire sensiblement, voire neutraliser, pour un certain temps, les capacités de nuisance des groupes terroristes ».

« Cependant, a-t-il poursuivi, pour éradiquer définitivement, la violence extrémiste nous devons, parallèlement à l’action sécuritaire et au refus systématique de recourir au payement des rançons afin de libérer des otages, ce qui n’est pas souvent le cas, déployer d’énormes efforts pour généraliser l’accès à une Education de qualité, créer des opportunités d’emploi, instaurer un véritable Etat de droit, assurer aux populations une vie décente dans la dignité et le respect, améliorer la gouvernance, et promouvoir un développement durable inclusif ».

« Je demeure convaincu que les partenaires et bailleurs des Fonds du G 5 – Sahel contribueront, activement, à la mobilisation du gap de financement nécessaire à la réalisation de ce programme d’investissement prioritaire », a-t-il conclu.

Source: afriactuel.com

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinrssyoutube
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Related posts

Leave a Reply

Leave a Comment