Post Views = 440

« Depuis quelques années, le Ghana est dans l’exploitation du pétrole et du gaz. Le Sénégal entre dans cette nouvelle expertise. Nous avons sollicité l’expertise du Ghana pour nous aider dans cette nouvelle perspective d’organiser au mieux les conditions de gestion de ces ressources », a souligné Macky Sall. « J’apprécie votre disponibilité, votre acceptation de cette coopération bilatérale dans ce domaine particulier où l’expérience est importante. Nous voulons renforcer ces relations sur le plan économique, de l’échange d’expériences et de bonnes pratiques surtout en matière de gestion des ressources naturelles.», a ajouté le président Sall.

Le président du Ghana a promis d’aider le Sénégal notamment dans les négociations avec les grandes compagnies, mais aussi la prise en compte des autres secteurs comme l’agriculture. « Toutes les expériences réussies devront servir pour éviter de faire des erreurs que beaucoup de pays africains ont eu dans la gestion de leurs ressources naturelles », a dit Macky Sall.

Le président a rappelé que son pays a déjà signé les contrats de partage de production. « Cela est défini par le code pétrolier, le décret d’application et tous les textes qui organisent l’exploitation pétrolière », a expliqué le président Sall qui a précisé : « une chose est d’avoir des textes, mais l’autre chose c’est de vérifier l’application des dispositions qui sont dans les contrats ». Macky Sall estime également que l’enjeu est de voir comment l’économie sénégalaise va s’adapter sans que le pays ne soit pas dépendant de l’activité pétrolière. Il souligne que beaucoup de pays africains ont encore des fragilités malgré les importantes ressources dont ils disposent. « Ils se sont dits nous avons la manne pétrolière ce n’est plus la peine de travailler, de développer l’activité agricole. C’est la pire des erreurs. Le Pétrole va apporter un ballon d’oxygène, mais cette oxygène doit être injecté dans les secteurs économiques comme l’agriculture, l’élevage, les services », a martelé le chef de l’Etat. « A chaque fois qu’il y a eu des vulnérabilités sur les ressources naturelles, les économies africaines ont été plombées. Nous devons être résilients. Ces ressources doivent nous renforcer dans nos stratégies, mais on ne peut pas dépendre d’une seule ressource qui en cas de défaillance va entrainer de graves vulnérabilités », a insisté M. Sall.

senegal7

Facebook Comments

Leave a Reply

You may also like

Audio -Spot Magal Serigne Souhaibou Mbacké 2017 Radio Baolmedias fm

Post Views = 438