LA FRANCE VERRA LA RUSSIE !

LA FRANCE VERRA LA RUSSIE !

Spread the love

Post Views = 528

Buts : Griezmann (27e) et Giroud (33e) pour la France // Saroka (44e) pour la Biélorussie

Ce ne sera pas un match référence pour la France. Ce ne sera pas une rencontre dont on se souviendra pendant des années et des années, tant la pauvreté du deuxième acte était difficile à regarder. Mais voilà, à l’image de la satisfaction de Didier Deschamps le poing serré au coup de sifflet final, la France se qualifie pour le Mondial en Russie. Le travail est fait, et bien fait. Car ce soir, les Bleus n’ont même pas eu besoin de regarder dans leur rétroviseur pour savoir ce que la Suèdefaisait à Amsterdam. Le leader de la poule porte l’insigne du coq, et c’est une fierté. Une petite fierté, mais une fierté quand même.

Le point G

La prestation des Bleus face aux Pays-Bas avait été trop belle. Dès lors, Didier Deschamps s’est remis aux bonnes vieilles recettes pour optimiser son 4-4-2 des familles. Le deal ? Giroud et Griezmann doivent occuper la pointe, approvisionnée par des offrandes latérales de Coman et Lemar. Dans l’idée, la tactique paraît implacable. Malgré cela, la Biélorussie est la première équipe à se montrer dangereuse, quand une frappe de Kovalev vient tutoyer le montant droit de Lloris. Le mardi frisson plaît aux cinéphiles adeptes de l’épouvante et à l’équipe de France, du moins dans ce qu’elle montre dans le premier quart d’heure, c’est-à-dire pas grand-chose. Alors ? Alors la machine se met en marche, et ce, grâce au pied gauche de Lemar.

Sur un corner frappé par ses soins, Raphaël Varane oblige Chernik à une première claquette. Sur le côté droit, Lemar décale habilement Coman, pour un centre vers Giroud dont la tête heurte la barre transversale. Le Stade de France monte en température, la cuisson arrive à point peu avant la demi-heure. Bien lancé par Matuidi face au but, Griezmann glisse le ballon entre les jambes du portier pour ouvrir le score (27e). L’enceinte explose, la France vient de faire le plus dur face à un adversaire qui optait pour le contre. Et quand le Belarus doit construire son jeu, la difficulté se ressent : Giroud profite d’une relance hasardeuse et met les Bleus à l’abri d’une égalisation (33e). Une belle initiative car Anton Sakora, déjà dangereux une minute avant, bat Lloris d’une subtile déviation à la suite d’un centre au premier poteau (44e). Quelle que soit l’issue du résultat aux Pays-Bas, la France doit gagner. Pour l’honneur.

Kyky party

Confronté à ce compact bloc biélorusse, les hommes de Didier Deschamps ne parviennent pas à créer de décalage. L’entrée à l’heure de jeu de Kylian Mbappé apporte un remède nécessaire à l’emballement de la seconde période. Sur un centre de Lemar, Volodko est proche de tromper son propre gardien. Piqué en contre sur l’action suivante, la France évite de peu l’égalisation par Saroka, dont la reprise frôle le poteau. Incisif, Mbappé met d’abord une première fois les gants de Chernik à contribution. Une fois chauffé, Kyky accélère comme une Lamborghini et dribble Chernik avant de tomber. Pas de penalty, à juste titre. Sans faire de folie, mais en risquant encore de prendre un but sur la toute dernière action du match, la France s’adjuge une victoire peu glorieuse, mais peut tout de même s’ouvrir un magnum de vodka pour fêter ça : la Russie, c’est l’été prochain.

France (4-4-2) : Lloris – Digne, Umtiti, Varane, Sidibé – Lemar (Payet, 82e), Matuidi, Tolisso, Coman (Mbappé, 61e) – Giroud, Griezmann (Sissoko, 77e).
Biélorussie (4-3-3) : Chernik – Matveichik, Yanushkevich, Politevich, Volodko – Dragun, Korzun, Karnitskiy – Stasevich, Sakora, Kovalev. 

PAR ANTOINE DONNARIEIX, AU STADE DE FRANCE

Facebook Comments

Comments

comments

Facebook Comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

JOJO De retour après une longue absence « Hawmawon Mell Na NYY SI…

Spread the love Post Views = 901 Facebook